L’interview de l’architecte d’intérieur Emma Caron

6e31ef110e457163_9318-w683-h900-b1-p10--6e31ef110e457163_9318-w683-h900-b1-p10--
9c21afd20e4571b9_9405-w684-h900-b1-p10--9c21afd20e4571b9_9405-w684-h900-b1-p10--
cb61e5eb0e457147_9290-w683-h900-b1-p10--cb61e5eb0e457147_9290-w683-h900-b1-p10--
c84109dc0e4578ad_1184-w683-h900-b1-p10--c84109dc0e4578ad_1184-w683-h900-b1-p10--

Ce qui me fait vibrer, dans mon métier, c’est de faire plaisir aux gens. J’aurai pu être coiffeuse ou sage-femme, mais j’ai choisi d’être architecte d’intérieur

Mon expérience dans l’architecture commerciale 

Pendant plus de dix ans j’ai dessiné des restos pour des dîners d’amoureux, des brasseries pour des grandes tablées de collègues, des magasins pour faire craquer les serial shoppeuses, des espaces lounges pour faire patienter les voyageurs aériens.  Je m’imprégnais des marques, et tâchais de les aider à atteindre leurs objectifs. 

Mais pendant ces années dédiées à l’architecture commerciale j’ai surtout appris à regarder les gens vivre, rêver, interagir. A observer leur envie de profiter de l’instant dans un restaurant, leur besoin de trouver du confort dans une salle d’attente, leur désir d’être rassuré et sublimé dans une cabine d’essayage.

Des envies et projets qui émergent 

Alors un jour j’ai eu envie de m’intéresser à leur envie à eux, chez eux, et plus uniquement de leurs besoins de consommateurs. Après des années à plancher à partir d’un brief de marque, j’ai eu envie de travailler à partir de la vraie vie, celle des vrais gens, dans leur vrai chez eux.

Car j’ai choisi d’être architecte d’intérieur.

Quand je me rends chez des personnes qui m’ont contactée pour prendre un premier rendez-vous, je ne commence pas par calculer les mètres carrés ou par mesurer les pans de murs. Fini les mètres linéaires. Ce ne sont pas non plus tellement les volumes qui m’intéressent en premier lieu, ni même le style de l’appartement. Je vais surtout à la rencontre des habitants ou futurs habitants pour questionner leur façon de vivre, leurs goûts, leurs projets de famille. J’interroge leurs habitudes ; j’enquête sur leur quotidien.

Bref, je vais faire leur connaissance. Mon projet ce n’est pas l’appartement, ce sont ses habitants. L’architecture d’intérieur ce n’est pas l’aménagement d’un habitat mais l’adaptation de l’habitat aux personnes qui vont y vivre. Dînent-ils à table, dans le salon ou à la cuisine ? Ou préfèrent-ils un plateau télé sur le canapé ? Ont-ils à intégrer des tas de livres, des vélos ou la collec’ complète de chaussures de Carrie Bradshaw ? A appartement identique, le projet sera bien différent selon qu’il est destiné à Bernard qui vit seul, à Medhi et Clémence qui attendent un enfant ou à Carrie, avec ses 150 paires de Manolo !

Le tetris des appartements Parisiens

Parce que ce qui me fait vibrer, dans mon métier, c’est de faire plaisir aux gens (mais aussi aux livres, aux chaussures ou à votre batterie électrique). Je travaille essentiellement (mais pas seulement) sur des chantiers d’appartements parisiens. Souvent dans des appartements aux surfaces restreintes. Pour tous mes clients, comme pour une grande majorité de franciliens, le premier constat c’est qu’ils auraient, sans rechigner, dit oui à quelques mètres carrés supplémentaires. Ma mission : trouvez un système d’agencement de petit espace et jongler pour ne pas grappiller ces mètres carrés. Pas de miracle. Je ne pousse pas les murs. Mais je tire parti de chaque centimètre.

 Je ruse, je cloisonne ou décloisonne. J’dynamite, j’disperse, et j’ventile (non pardon ça ce sont les tontons flingueurs et je ne suis une tata flingueuse).

J’utilise la place que les gens pensent perdue. Je mets à jours les recoins oubliés et je module. 

Dans mes réalisations, je conçois beaucoup d’aménagements sur-mesure. Je suis particulièrement friande de la construction de « seconde peau ».

Je vole un bout de la largeur d’une pièce, d’un couloir ou d’une entrée, pour épaissir un mur et mieux y dissimuler ce qui aurait été stocké dans du mobilier encombrant ou disgracieux.

Perte d’espace faible et capacité de rangement maousse costo ! Ces aménagements sur-mesure deviennent une valeur ajoutée à la fantaisie. Des niches et des alcôves. Des recoins pour accueillir un peu de poésie. Des fonds de couleurs ou des imprimés sur papier peints coup de cœur. Des bibelots que l’on aime et que l’on ne souhaite pas remiser au placard.

Des parenthèses enchantées pour poser un objet, ou se poser soi-même. 

On y installe alors une banquette sur-mesure pour en faire un espace dédié à la lecture. Cette recherche systématique de fonctionnalités « gain de place » n’est pas contradictoire avec une recherche esthétique, bien au contraire. Planquer l’indispensable pour mieux voir le superflu. Celui qui fait du bien.  Du fonctionnel au service du bien-être. Avec pour mission le désir de prendre soin des habitants des lieux. De les inviter à se sentir bien chez eux. 

Vous ai-je dis que j’aime faire plaisir aux gens ? J’aurai pu être coiffeuse ou sage-femme, mais j’ai choisi d’être architecte d’intérieur.

ef31fbb30ac62781_7921-w900-h599-b0-p0--ef31fbb30ac62781_7921-w900-h599-b0-p0--
a3d178d70ac75d56_8529-w900-h633-b0-p0--a3d178d70ac75d56_8529-w900-h633-b0-p0--
a751b7c30ac6279e_7921-w787-h900-b0-p0--a751b7c30ac6279e_7921-w787-h900-b0-p0--
0d41a1a20ac627a8_7922-w656-h900-b0-p0--0d41a1a20ac627a8_7922-w656-h900-b0-p0--
9c21afd20e4571b9_9405-w684-h900-b1-p10--9c21afd20e4571b9_9405-w684-h900-b1-p10--
0a2181990ac6278d_7921-w673-h900-b0-p0--0a2181990ac6278d_7921-w673-h900-b0-p0--
d4e15e740840099e_4236-w600-h900-b0-p0--d4e15e740840099e_4236-w600-h900-b0-p0--
65a10d7f0c98b0f0_3226-w900-h675-b0-p0--65a10d7f0c98b0f0_3226-w900-h675-b0-p0--
84611c8c0c98b0ff_0660-w675-h900-b0-p0--84611c8c0c98b0ff_0660-w675-h900-b0-p0--
montmartre-paris-18-emmacaroninteriors-img_b6814d9209ba84a2_6669-1-89843f9-w900-h600-b0-p0montmartre-paris-18-emmacaroninteriors-img_b6814d9209ba84a2_6669-1-89843f9-w900-h600-b0-p0
4221422109ba84aa_6879-w638-h900-b0-p0--4221422109ba84aa_6879-w638-h900-b0-p0--
83a108de09ba84af_6649-w705-h900-b0-p0--83a108de09ba84af_6649-w705-h900-b0-p0--
c001fc6209ba84a6_6669-w621-h900-b0-p0--c001fc6209ba84a6_6669-w621-h900-b0-p0--
e4d123c209c52d1d_2273-w668-h900-b0-p0--e4d123c209c52d1d_2273-w668-h900-b0-p0--
paris-bercy-emmacaroninteriors-img_d6d1eb600b3e0951_5240-1-2696011-w900-h646-b0-p0paris-bercy-emmacaroninteriors-img_d6d1eb600b3e0951_5240-1-2696011-w900-h646-b0-p0
6a11a6ba07d666d1_2961-w900-h596-b0-p0--6a11a6ba07d666d1_2961-w900-h596-b0-p0--
d3610d8007d666d5_7299-w900-h641-b1-p10--d3610d8007d666d5_7299-w900-h641-b1-p10--
0fb16e240b3e0b25_5241-w689-h900-b0-p0--0fb16e240b3e0b25_5241-w689-h900-b0-p0--
88f190b00b3e0955_5240-w714-h900-b0-p0--88f190b00b3e0955_5240-w714-h900-b0-p0--
1bd1d0e20c6ad15d_4600-w675-h900-b0-p0--1bd1d0e20c6ad15d_4600-w675-h900-b0-p0--
7221ac570c6ad157_4600-w635-h900-b0-p0--7221ac570c6ad157_4600-w635-h900-b0-p0--

L'auteur de cette inspiration...

Emma Caron

Dans l'esprit de cette inspiration